Dire, ne pas dire

Tant bien même

Le 06 avril 2017

Extensions de sens abusives

Nous sommes généralement beaucoup plus en contact avec les mots et expressions de manière orale que de manière visuelle ; il résulte de ce fait que des locuteurs hésitent ou se trompent quand il s’agit d’employer des formes qu’ils ont entendues, mais qu’ils n’ont jamais ou presque jamais vues écrites. Certains humoristes ont joué de ces confusions, en employant, par exemple, Ni des lèvres ni des dents, quand c’était Ni d’Ève ni d’Adam qui était attendu. Le problème ne reste pas qu’oral puisque, rapidement, ce qui est mal entendu et mal compris sera mal écrit. Nous en avons un exemple avec la forme tant bien même que l’on commence à entendre et à lire en lieu et place de quand bien même. Rappelons donc que seule cette dernière est correcte et que tant bien même doit être proscrit.

 

on dit

on ne dit pas

Quand bien même il réussirait, nous ne saurions l’approuver

Il agira ainsi quand bien même vous ne le voudriez pas

Tant bien même il réussirait, nous ne saurions l’approuver

Il agira ainsi tant bien même vous ne le voudriez pas