Dire, ne pas dire

Léthal pour Létal

Le 02 février 2017

Emplois fautifs

Quand on hésite sur l’orthographe d’un mot, la peur de mal faire amène plus souvent à ajouter à celui-ci des lettres qui n’ont pas lieu d’être qu’à en retirer qui sont nécessaires ; ainsi qui n’est pas sûr de la bonne manière d’écrire étymologie ajoute souvent un h fautif à ce nom devenu alors éthymologie. On trouve semblable faute avec l’adjectif létal, trop souvent écrit léthal. Cette erreur s’explique sans doute par une confusion entre ce qui est mortel et ce qui provoque l’oubli. On se souvient que, dans la mythologie grecque, le Léthé, un des fleuves des Enfers, provoquait chez les âmes qui devaient se réincarner un oubli de leur vie antérieure ; et comme, à l’exception de quelques héros comme Ulysse ou Énée, il fallait être mort pour se rendre aux Enfers, le Léthé a été associé au trépas. Et c’est d’ailleurs à partir du latin letalis et du grec Lêthê que l’anglais a créé la forme lethal. Que donc ceux qui ont écrit léthal pour létal se consolent en se disant qu’ils ont d’illustres devanciers : on trouve en effet dans certaines versions de L’Énéide la forme lethalis en lieu et place de letalis, et cette forme se rencontre aussi dans les citations latines de Montaigne, au chapitre xxxix des Essais, intitulé De la solitude. Mais qu’ils essaient de se souvenir cependant que seul létal est correct et que l’on doit aussi écrire létalité et non léthalité.

on écrit

on n’écrit pas

Une dose létale de poison

La létalité d’une blessure

Une dose léthale de poison

La léthalité d’une blessure