Dire, ne pas dire

Néologismes & anglicismes

Helper

Le 6 décembre 2018

Néologismes & anglicismes

Le mot bénévole existe en français depuis le xiiie siècle comme adjectif, avec le sens de « bienveillant », et depuis 1866 comme nom pour désigner un volontaire qui fait quelque chose sans y être tenu et parce qu’il le veut bien. Dans certains cas d’ailleurs, volontaire est un synonyme de ce mot, comme dans pompier volontaire. Ces deux mots peuvent rendre compte des situations où une personne accepte sans contrepartie financière d’apporter son aide à un groupe, une association, etc. Aussi n’est-il sans doute pas nécessaire de remplacer l’un ou l’autre de ces termes par l’anglais helper.

On dit

On ne dit pas

De nombreux bénévoles ont participé à cette campagne

Les stands de ravitaillement sont tenus par des bénévoles

De nombreux helpers ont participé à cette campagne

Les stands de ravitaillement sont tenus par des helpers

Forwarder

Le 8 novembre 2018

Néologismes & anglicismes

Le verbe anglais to forward a de nombreux sens, et entre autres celui de « transférer ». Il est construit à l’aide de racines qui ont servi à former le latin fores, « porte », mais aussi « situé à l’extérieur », et vertere, « tourner, retourner ». On pourrait donc trouver à cette forme une lointaine parenté avec des mots français ; mais cela ne justifie pas que l’on use et abuse, dans notre langue, de l’étrange forwarder, un anglicisme bien inutile, puisqu’on l’emploie en lieu et place de transférer, et que ce dernier est attesté depuis plus de six siècles dans la langue française.

On dit

On ne dit pas

Transférer des documents

Forwarder des documents

LMK et FYI

Le 8 novembre 2018

Néologismes & anglicismes

L’abus de sigles et d’abréviations est une calamité, tout comme la prolifération des anglicismes, mais il arrive de surcroît, hélas, que ces maux se combinent. C’est ce que nous avions vu naguère avec le comminatoire ASAP, as soon as possible, « dès que possible ». Nous allons voir aujourd’hui LMK et FYI. Le premier est l’abréviation de let me know, « faites-moi savoir, donnez-moi votre avis », le second celle de for your information, « pour votre information ». Il s’agit de deux sigles qu’il serait préférable de remplacer par des tours français développés – comme « pour information », par exemple –, et il y a fort à parier que cela ne nuirait guère à la rapidité de transmission des messages.

C’est mon N+1

Le 4 octobre 2018

Néologismes & anglicismes

Nombreux sont ceux qui, dans le monde du travail, ont un ou plusieurs supérieurs hiérarchiques. Ces derniers sont le plus souvent appelés précisément supérieurs hiérarchiques, mais aussi, en fonction des contextes et des niveaux de langue, chefs, directeurs, supérieurs directs. Aussi n’est-il peut-être pas nécessaire de remplacer ces noms par les formes qui se répandent aujourd’hui, mon N+1, mon N+2, quand bien même certains y verraient un valorisant vernis mathématique.

Week, day, hour

Le 4 octobre 2018

Néologismes & anglicismes

Les anglicismes qui prolifèrent dans notre langue viennent souvent de langues spécialisées comme l’informatique, le sport, etc., et il arrive qu’ils désignent des réalités qui n’ont pas encore été nommées en français ; les commissions de terminologie et de néologie s’emploient à substituer à ces anglicismes des équivalents français corrects. Mais on assiste également à un envahissement de notre langue par des termes désignant des réalités nommées depuis de nombreux siècles en français. C’est particulièrement le cas aujourd’hui avec les unités de mesures du temps : les termes heure, jour et semaine semblent avoir disparu au profit de hour (happy hour), day (shopping day) et week (fashion week), tandis qu’année et plus encore mois sont, pour l’instant à tout le moins, épargnés. Il est difficile de voir dans cette malheureuse propension autre chose qu’une forme de snobisme et de crainte que, nommés avec des noms français, les évènements parés des anglicismes évoqués plus haut, ne voient l’intérêt qu’ils suscitent s’étioler. On rappellera pourtant qu’en son temps les fameux Black Thursday et D-Day ne perdirent rien de leur importance historique en étant appelés en français « le Jeudi noir » et « le Jour J ».

Propale pour Proposition commerciale

Le 6 septembre 2018

Néologismes & anglicismes

Le nom propale n’est pas la création de quelque poète qui aurait cherché une rime à opale. C’est le résultat, dans le jargon de la mercatique, de l’apocope sévère du nom proposition, réduit à prop-, et de l’aphérèse non moins sévère de l’adjectif commerciale, réduit à -ale. Ensuite, comme le docteur Frankenstein du roman de Mary Shelley avait créé un être vivant à partir de chairs mortes, on a donné vie à cette propale, née des dépouilles cousues de proposition et de commerciale. Il n’est pas sûr qu’il soit nécessaire de faire de la langue un champ d’expérimentation ressemblant au laboratoire de quelque savant à demi fou, surtout si l’on se souvient que, dans le récit de Shelley, le monstre finit par se retourner contre son créateur.

Un stimuli

Le 6 septembre 2018

Néologismes & anglicismes

On accepte deux pluriels pour le nom stimulus, les formes stimuli et stimulus. La première suit la règle des pluriels latins de noms en -us ; la seconde suit la règle du français qui veut que les noms terminés par s, x ou z soient identiques au singulier et au pluriel. On a donc le choix pour ces pluriels, même si stimulus est préférable, mais on se gardera bien de faire, ce qui se voit, hélas, même dans des publications scientifiques, de stimuli un singulier (dont le pluriel deviendrait alors un étrange stimulis. Rappelons que dans l’immense majorité des cas, les noms d’origine étrangères intégrés dans notre langue prennent les marques de pluriel du français et non celles de leur pays d’origine : un graffiti (et non un graffito), des graffitis (et non des graffiti).

 

on dit

on ne dit pas

Réagir à un stimulus

Un stimulus olfactif

Des stimuli, des stimulus nombreux

Réagir à un stimuli

Un stimuli olfactif

Des stimulis nombreux

Crush pour Béguin

Le 5 juillet 2018

Néologismes & anglicismes

Le verbe anglais to crush, « écraser, broyer », est emprunté de l’ancien français cruisir, une des nombreuses variantes de croissir, « rompre, casser, briser, détruire ». De to crush a été tiré le nom crush, « foule, cohue, bousculade », mais aussi « béguin, coup de cœur, engouement » que l’on trouve dans la locution to have a crush on someone. Un tel glissement de sens n’est pas sans rappeler celui du français craquer pour quelqu’un, « céder à l’attrait d’une personne, d’un objet ». Dans la mesure où le français a à sa disposition de nombreux termes pour désigner ces attractions, le plus souvent passagères, on réservera crush à l’anglais.

On dit

On ne dit pas

Avoir un petit faible, un penchant pour quelqu’un ; en pincer pour quelqu’un, avoir le béguin pour quelqu’un

Avoir un crush pour quelqu’un

Meilleurs messages

Le 5 juillet 2018

Néologismes & anglicismes

Il est fréquent de rencontrer dans la correspondance anglaise des formules de politesse comprenant l’adjectif best, « meilleur », comme best wishes, littéralement « meilleurs vœux », ou best thoughts, « meilleures pensées ». Ce sont là des tours propres à la langue anglaise, et qu’il convient de lui réserver. On évitera donc de les importer ou de les adapter maladroitement à notre langue et l’on se gardera particulièrement du peu compréhensible meilleurs messages. Le français a suffisamment de formules de politesse correctes pour qu’il ne soit pas nécessaire d’en créer de fautives.

Glittez votre café

Le 7 juin 2018

Néologismes & anglicismes

Le mot anglais glitter peut être un verbe et signifier « briller, étinceler, chatoyer » ; ce peut aussi être un nom signifiant « scintillement, splendeur, éclat » et, au pluriel, « paillettes ». Il entre également dans la composition du mot-valise anglais glitterati, que nous pourrions traduire par « le beau monde ». Mais depuis quelques temps certains publicitaires nous invitent à glitter notre café au lait ou notre cappuccino (on francise alors la forme anglaise pour en faire un verbe du premier groupe), ou encore à dessiner un glitter (on prononce alors à l’anglaise glitteur) café. Dans le premier cas, il s’agit de le saupoudrer de paillettes ; dans le second cas, la locution glitter café désigne le résultat obtenu. La promotion de ces activités manuelles est louable, mais elle ne le serait pas moins si elle se faisait en français.

Pages