Dire, ne pas dire

Bonheurs & surprises

C’est saugrenu, de la conservation à la conversation

Le 5 juillet 2018

Bonheurs & surprises

Quel étrange mot que l’adjectif saugrenu, « qui surprend par son caractère inattendu et bizarre, voire absurde ». C’est la réfection, sous l’influence de grenu, d’une forme plus ancienne, saugreneux, employée pour qualifier un conte jugé piquant ou salé, et cet adjectif est tiré de saugrenée, un nom que l’on rencontre chez Rabelais et qui désignait, nous dit Littré, un « assaisonnement des pois et des fèves, avec du beurre, des herbes fines, de l’eau et du sel ».

Ce nom, sel, est issu du latin sal, d’où sont tirés nombreux termes en sau- ou sal-, parmi lesquels la salade et la salière, la saucisse et le saucisson, le salpicon, qui nous vient d’Espagne, et son équivalent étymologique français, le saupiquet, les salines et la saumure, le saupoudrage et le salpêtre (proprement le « sel de pierre »), mais encore la salsa, cette danse d’Amérique latine à la sensualité épicée. Et l’on n’oubliera pas que le salarium, ancêtre de notre « salaire », désigna d’abord la ration de sel remise régulièrement aux soldats romains, puis une somme d’argent servant à acheter ce sel, et enfin la solde.

Parce qu’il conservait les aliments et leur donnait du goût, le sel était un objet de prix dans l’Antiquité. On l’employait en petite quantité pour amender les sols, en grande quantité pour les stériliser. Aussi, lorsqu’ils prirent Carthage, les Romains en salèrent les ruines pour s’assurer que cette ville n’aurait pas de descendance. On raconte aussi qu’Ulysse, qui ne voulait pas participer à la guerre de Troie, simula ainsi la folie pour n’être pas enrôlé : il sema du sel dans un champ qu’il venait de labourer, montrant ainsi sa démence, puisqu’il gâchait un produit précieux et rendait infertile la terre qu’il ensemençait. (Sa ruse fut éventée quand l’un de ceux qui étaient venus le quérir plaça le tout jeune Télémaque devant le soc de la charrue. Ulysse retint son attelage, sauva son fils mais montra ainsi que sa folie n’était que simulacre).

Pline nous rappelle au livre XXXI de son Histoire naturelle l’importance économique et symbolique du sel mais aussi le rôle qu’il jouait dans la relation des hommes avec les dieux :

« Rien mieux que le sel ne fait manger les moutons, les bêtes à cornes et les bêtes de somme ; il augmente la quantité du lait, et donne meilleur goût au fromage. On ne peut donc vivre agréablement sans sel ; et c’est une substance tellement nécessaire, que le nom en est appliqué même aux plaisirs de l’esprit ; on les nomme en effet sales (sels). […] Mais c'est surtout dans les sacrifices que l’on voit l'importance du sel : il ne s’en fait aucun où l’on n’offre des gâteaux salés. »

Il s’agit là d’une tradition séculaire dont on trouve déjà des traces dans l’Ancien Testament, par exemple dans le Lévitique : 2, 13 « […] Tu ne manqueras pas de mettre sur ton oblation le sel de l’alliance de ton dieu. » Comme le sel était utilisé pour la conservation des aliments, on pensait qu’il assurait aussi aux serments une valeur d’éternité et les Latins appelaient pactum salis, proprement « pacte de sel », une alliance destinée à durer toujours.

Tout cela se retrouve aussi chez les Grecs, mais le sel y est surtout un symbole d’amitié, comme en témoignent plusieurs expressions : Tôn halôn sugkatedêdomenai medimon (proprement « avoir mangé ensemble un boisseau de sel (halôn) ») signifiait « être de vieux amis », et on appelait ses intimes hoi peri hala kai kuminon (« ceux qui ont partagé le sel (hala) et le cumin »).

Cette fonction de conservation est encore perceptible dans la déclaration du Christ à ses apôtres : « Vous êtes le sel de la Terre » (vos estis sal terrae) – Évangile de saint Mathieu, V, 13. Il leur signifie ainsi que leur action et leur prédication empêchent la corruption du monde. D’autre part, et c’est un point déjà signalé par Pline, comme le sel épice toutes choses, ce texte signifie également que ce sont les apôtres qui donnent au monde sa saveur.

Mais la langue semble surtout s’être attachée à montrer le sel comme l’ingrédient indispensable pour relever le goût des mots, pour épicer les conversations. On ne s’étonnera donc pas de trouver ce sel, dans l’Antiquité, chez les spécialistes de rhétorique, en particulier chez Cicéron. On lit ainsi dans L’Orateur (87) : « on sèmera également des traits d’esprit (etiam sales aspergentur) », ou dans Les Devoirs (133) : « par le piquant et l’esprit (sale vero et facetiis) ». Dans une de ses Lettres (1, 13, 1), il remercie Atticus pour ses propos « semés de sel (sparsae sale) ». Pourtant, à en croire un autre spécialiste, Cicéron lui-même n’était pas le plus habile dans ce domaine et ses contemporains lui reprochaient « de la froideur parfois dans ses plaisanteries » (in salibus aliquando frigidum – Quintilien, Institution oratoire, 12, 10, 12).

Mais c’est avant tout aux Grecs, brillants causeurs devant l’Éternel, et particulièrement à ceux de l’Attique, que notre langue a rendu hommage, avec ce sel attique, qui qualifie un esprit fin et malicieux mais qui ne s’écarte jamais du bon goût. De nombreux textes le montrent. Ainsi Molière fait-il dire à Trissotin pour vanter son fameux sonnet : « Il est de sel attique assaisonné partout / Et vous le trouverez, je crois, d’assez bon goût » (Les Femmes savantes, acte III, scène 1).

Chateaubriand évoque lui aussi ce sel dans son Essai sur les Révolutions :

« […] Assis à des banquets, vous les [les Grecs ou les Français] entendrez se lancer de fines railleries, rire avec grâce de leurs maîtres ; parler à la fois de politique et d’amour, de l’existence de Dieu ou du succès d’une comédie nouvelle, et répandre profusément les bons mots et le sel attique […]. »

On trouve encore un écho de tout cela dans ces conseils donnés par un auteur fameux à son neveu, et à travers lui, à tous les apprentis écrivains :

« Prenez une grande chaudière d’eau bouillante / où vous jetez quelques légumes / et un morceau de viande saignante. / On ajoutera plus tard le sel et les épices / avant de baisser le feu. / Tous les goûts finissent par se fondre en un seul. / Le lecteur peut passer à table. »

Des remèdes de bonne femme ou de bonne fame ?

Le 5 juillet 2018

Bonheurs & surprises

L’expression « remèdes de bonne femme » a parfois subi ce que les linguistes appellent la remotivation étymologique. Pierre Larousse les avait fort bien définis dans son Grand Dictionnnaire universel en écrivant qu’il s’agissait de « remèdes populaires ordonnés et administrés par des personnes étrangères à l’art de guérir ». Mais quelque habile latiniste s’est un jour avisé qu’en latin fama signifiait « renommée », et que l’on emploie aujourd’hui encore les adjectifs fameux et famé pour évoquer la réputation de telle ou telle personne, de telle ou telle chose. Sans doute avait-il aussi entendu l’histoire, que l’on racontait naguère au sujet de ce nonce installé à Paris qui, s’entretenant avec un grand de l’Église de France mêla joyeusement, mais un peu mal à propos, français, latin et italien en lui posant cette question, qui pouvait prêter à sourire et à mauvaise interprétation : « Et comment va votre fame ? » Le prélat, qui voulait savoir quelle était la réputation de son interlocuteur, était bien excusable puisque, après tout, en ancien et en moyen français, « réputation » se disait fame et que les expressions bone fame et de bone fame, se lisent fréquemment dans les textes médiévaux, avec de nombreuses variantes orthographiques comme de bon famle, de bones faumes, de si grant fame, etc. Mais pour éviter ce type de fâcheux malentendu, l’usage adjoignait à ce fame d’autres noms, le plus souvent renommee, mais également merite, loenge (« louange »), ou encore renom.

Et s’il en était encore besoin, un petit détour par des langues voisines confirmerait ce qu’écrivait Pierre Larousse : nos amis anglais parlent de old wives' remedy, littéralement « remède de vieilles épouses », nos amis allemands disent Hausmittel, « l’expédient, le remède » ou, plus familièrement, « le truc de la maison ». Cette notion de remède familial, « fait à la maison », se retrouve dans l’espagnol remedio casero. Et pour conclure, rappelons que nos amis italiens, pour signaler qu’il s’agit là de remèdes qui sont plus le résultat d’observations pratiques que d’études théoriques, parlent de rimedio empirico.

La libellule, le niveau et le requin-marteau

Le 7 juin 2018

Bonheurs & surprises

Cela n’est guère évident à première vue, mais cet insecte entretient des liens étymologiques aussi bien avec cet outil, qui sera décrit ci-dessous et qu’il ne faut pas confondre avec un niveau à bulle, qu’avec ce poisson. La libellule a longtemps été appelée demoiselle et elle l’est encore aujourd’hui. Bescherelle explique ainsi ce nom dans son Dictionnaire national ou Dictionnaire de la langue française : « Quant à la dénomination de demoiselle, il est à croire qu’elle a été donnée par le vulgaire à cause des formes sveltes et élégantes de ces insectes, qui ont le corps allongé et orné de couleurs agréablement distribuées, et à cause de leurs ailes de gaze ; ce qui les a fait encore appeler prêtres à cause des nervures dont l’étoffe ou la matière légère de leurs ailes se trouve régulièrement maillée, ainsi que le sont les volants ou les ailes des surplis de nos prêtres catholiques. »

On notera avec amusement cette proximité entre les prêtres et les demoiselles, qui n’est pas sans rappeler celle qui unit d’autres demoiselles à d’autres religieux, puisque, en effet, on appelait autrefois demoiselles ou moines des bouteilles de terre servant de bouillottes.

On a cru jadis que notre bestiole devait son nom de libellule à la ressemblance de ses ailes, quand elle plane, avec les pages ouvertes d’un livre ou, mieux, d’un petit livre, libellus en latin, forme d’où est tiré aussi le mot libelle.

Mais on s’accorde aujourd’hui à penser que c’est du côté du nom, français ou latin, de niveau qu’il faut chercher pour trouver l’origine du nom de notre insecte. Ce nom, niveau, s’est d’abord rencontré en ancien français sous la forme livel, voire lyvel, ou liveau, puis on est passé de le livel à « le niveau », par un phénomène de dissimilation, qui consiste à changer une consonne dans un mot ou un groupe de mots où l’on en trouve trop de semblables. Livel était issu d’un homonyme de libellus vu plus haut, mais signifiant « niveau ». Libellus était une altération de libella, « petite pièce de monnaie », puis « petite pièce d’argent », et enfin « niveau ». Il existait plusieurs types de cet outil dans l’Antiquité ; celui qui nous intéresse avait une forme de « T » et, de l’intersection des deux pièces qui le composaient pendait un fil à plomb. Son nom, libella, était un diminutif de libra, qui désignait une unité de poids valant 324 grammes, une mesure de volume pour les liquides et enfin une balance. Nous lui devons un certain nombre de mots : la livre, qui chez nous vaut 500 grammes, mais aussi le moyen français litron, qui a fort bien survécu dans le français populaire et qui est à l’origine du nom litre. Ajoutons qu’équilibre est emprunté de l’adjectif latin aequilibris, « de même poids », un composé de aequus, « égal », et de libra. Tous ces mots, livre, équilibre, niveau, litre et litron, se trouvent donc être des parents étymologiques de notre élégante libellule.

Revenons un peu à cette dernière. La ressemblance entre celle-ci et un niveau, ou, mieux, libella, explique que Linné, au xviiie siècle, l’ait appelé Libellula, proprement « le petit niveau », un nom que Cuvier francisa bientôt en libellule. Mais, le plus étonnant, c’est que deux siècles auparavant, en 1558, dans son Histoire des poissons, le naturaliste Guillaume Rondelet appelait déjà cette libellule libella en latin, ou niveau d’eau douce en français. Il y écrit, dans un chapitre intitulé Du marteau ou niveau d’eau douce (il semble, en effet que même si ce nom n’a pas laissé de trace, la libellule ait été parfois appelée « marteau ») :

« Ce petit insecte se peut appeler Libella fluviatilis, pour la similitude de corps qu’il a avec le poisson marin nommé Zigæna ou Libella marina, pour la figure faite comme un Niveau, duquel usent les Architectes, lequel aussi en Italie, s’appelle poisson Marteau. Ceste beste [la libellule] est fort petite, de la figure d’un T, ou d’un Niveau, aiant trois pieds de chaque costé. La queüe finit en trois pointes vertes desquelles, é des pieds elle nage. »

L’évocation de ce « poisson marteau » ne doit pas nous surprendre : Rondelet est avant tout un spécialiste des poissons et voici comment il présente ce requin dans un chapitre de son livre intitulé Du marteau ou poisson juif : « Zugaina, en Latin Libella est nommé ce poisson de la figure qu’il a comme un instrument de maçon et charpentiers, appelé en français niveau […]. Tel est la figure de ce poisson ayant la tête de travers, le corps posé au milieu d’icelle, ou bien est nommé Ζυγαινα pour la figure d’une balance ou la figure d’un joug lequel on lie de travers aux têtes de bœufs. Pour cette même façon de tête, d’aucuns en Italie est nommé Balista, (arbalète), d’autres Pesce martello, car il est fait comme un marteau, à Marseille Peis iouzio poisson juif de la similitude de l’accoutrement de tête duquel usaient au temps passé les juifs en Provence […]. Ce poisson est grand et cetacé [à l’époque : “grand poisson”], il a les ouïes découvertes aux côtés, la bouche au-dessous, la tête différente de tous les autres, à savoir mise de travers comme l’arc d’une arbalète, ou la tête d’un marteau, en chaque bout de la tête sont mis les yeux. Il a la bouche grande, garnie de trois rangs de dents, larges pointues, fortes, tendentes [inclinées] vers les côtés. La langue large comme la langue de l’homme. Le dos est noir, le ventre blanc. Il a deux ailes [nageoires] aux ouïes, au dos point, près de la queue il en a deux petites, la queue finit en deux grandes, inégales. Il a un col, et un long conduit par où dévale la viande en l’estomac, il est horrible à voir, sa rencontre porte malheur aux navigateurs. Il est de chair dure, de mauvais goût, de mauvaise odeur, de mauvaise nourriture. »

Le nom grec de ce poisson, zugaina, va être francisé par Cuvier, qui nommera ainsi un papillon aussi appelé « Bélier-Sphinx », mais également par Littré, qui l’emploiera, lui pour désigner le requin-marteau. Que de ressemblances, décidément entre ce squale et les insectes !

Cette proximité de la libellule et du requin-marteau n’est pas inintéressante. Ce requin, qui se nourrit essentiellement de poissons, est généralement présenté comme pacifique et sans danger pour l’homme. À ses côtés la gentille libellule fait figure de tueur. Cuvier n’écrit-il pas dans ses Leçons d’anatomie comparée : « La famille des Odonates ou Demoiselles, l’une des mieux armées et des plus cruelles parmi les insectes » ? Rien d’étonnant à cela puisque ces Odonates, famille à laquelle elle appartient, doivent leur nom au grec odôn, « dent », une forme d’hommage à leurs pièces buccales propres à dévorer leurs proies. On notera d’ailleurs que nos amis anglais et américains semblent avoir privilégié cet aspect quand ils ont nommé la libellule, qu’ils appellent dragonfly, mais aussi adderfly, devil’s darning needle, « l’aiguille à repriser du diable », ou mosquito hawk, « moustique faucon ».

Le sociologue est-il un monstre ?

Le 4 mai 2018

Bonheurs & surprises

Qu’on ne s’y trompe pas, il n’est pas question ici de jeter l’opprobre sur les enfants d’Auguste Comte ou sur les héritiers de Pierre Bourdieu, ni d’anathématiser tous ceux qui, à la suite de ces deux grands représentants de la sociologie française, se lancèrent dans cette discipline. Ce n’est pas ceux qui exercent ce métier qui nous intéressent, mais leur nom. Le monstre peut en effet être une créature dont le corps est composé d'éléments disparates empruntés à différents êtres réels. Dans l’Antiquité, les plus connus de ce type furent les centaures, le minotaure et la chimère. Le monde des mots a des monstres équivalents, ce sont les mots qui empruntent les éléments dont ils sont composés à des langues différentes. En temps ordinaire, la langue se refuse à ces étranges enfantements et bâtit ses composés avec des éléments venus d’une même langue, le plus souvent du grec ou du latin, mais évite de mêler l’une et l’autre. Peut-être est-ce pour cette raison que l’on a parfois des synonymes composés avec des éléments de même sens pris dans l’une et l’autre de ces langues, comme quadrupède et tétrapode, insectivore ou entomophage, ou encore florilège et anthologie. Le sociologue et la sociologie échappent à cette règle puisque leur nom est formé de socio-, tiré du radical de social ou société, deux formes qui remontent au latin socius, « ami, compagnon, allié », et de -logue ou -logie, des suffixes tirés du grec logos, « discours, traité, étude ». De semblables productions sont rares dans notre langue, mais il en est quelques-unes qui se sont particulièrement bien installées chez nous, et qui, d’ailleurs, ont parfois intéressé les sociologues. Parmi celles-ci on peut citer la télévision, formée à l’aide du grec têle, « loin, à distance », et du latin videre, « voir ». Ce choix s’explique peut-être par le fait que d’autres formes de sens voisin et empruntant à une seule langue étaient déjà en usage, comme télescope pour le grec, que l’on rencontre dès le xviie siècle, ou longue-vue, pour le latin. Après la télévision, un autre symbole de notre époque, l’automobile, formée à l’aide du grec autos, « de soi-même », et du latin mobilis, « qui peut être déplacé ». Celle-ci a succédé à la locomobile, un nom mieux composé puisque formé avec le latin locus, « lieu ». La locomobile était une machine constituée d'un moteur fonctionnant le plus souvent à la vapeur, généralement montée sur roues non motrices et qui pouvait être déplacée sur des lieux où elle servait à actionner des engins agricoles ou industriels. Ce nom féminin était une substantivation de l’adjectif locomobile, que le Dictionnaire de l’Académie française définit ainsi : « Qui peut être déplacé », et que Zola utilise dans La Terre, quand il parle de « batteuses locomobiles avec élévateur de paille et ensacheur ». Cet adjectif est un synonyme de locomotif, qui ne subsiste que grâce à sa forme féminine substantivée, locomotive.

La mythologie grecque avait fait de Thésée et d’Héraclès des chasseurs de monstres ; ils s’acquittèrent bien de leur tâche et débarrassèrent la terre de ces derniers, fût-ce accidentellement comme lorsque Héraclès blessa le centaure Chiron. La langue n’a ni Thésée ni Héraclès, mais ce type de monstres ne prolifère cependant pas. À peine pourrait-on citer à côté du sociologue, comme dans un inventaire à la Prévert, un criminologue (du latin crimen, « accusation, faute, crime »), et une pubalgie (du latin pubes, « aine, pubis », et du grec algos, « douleur »), une lombalgie (du latin lumbus, « reins, échine), les mois révolutionnaires messidor (du latin messis, « moisson », et du grec dôron, « don ») et fructidor (du latin fructus, « fruit ») ; point de raton laveur pour conclure, mais des muridés (du latin mus, « souris », et du grec eidos, « apparence ») ou des mustélidés (du latin mustela, « belette »).

On s’envoie des mails

Le 4 mai 2018

Bonheurs & surprises

Mais est-ce bien prudent ? Non, en français à tout le moins. On oublie trop souvent qu’avant que nos amis anglais nous proposent leur mail, nous en avions déjà un, et qui était beaucoup plus consistant. Le mail français (on se gardera bien d’omettre le i de mail pour ne pas confondre ces trois mots avec le titre d’un célèbre essai d’Alain Peyrefitte) doit son nom au latin malleus et, comme lui, il a d’abord désigné un marteau. Ce terme avait un diminutif, malleolus, dont Cuvier tira au xixe siècle, par analogie de forme, le nom malléole. Pour ce qui est de la prononciation de notre mail, on rappellera que les formes maillet et mailloche en sont dérivées et qu’il rime avec bail ; en ce qui concerne son pluriel, on suivra ce qu’écrivit Thomas Corneille dans une note ajoutée aux Remarques sur la langue française de Vaugelas, dont il fut l’éditeur : « Bal fait bals, & mail fait mails. C’est sans doute pour mettre de la différence entre les pluriels de bail & de mal, qui font baux & maux, car émail fait émaux ». Mais notre mail a vite eu d’autres significations. C’est un peu le parangon des extensions de sens par métonymie. À l’origine, on l’a vu, c’est un marteau. On sait, au moins depuis Charles Martel, que cet outil peut aussi être une arme. On appelait d’ailleurs jadis mail d’armes, ou simplement mail, une arme contondante en forme de marteau, et Montaigne nous apprend que le philosophe Anaxarque d’Abdère, qui était le maître de Pyrrhon, « fut couché en un vaisseau de pierre et assommé (tué) à coups de mail de fer ». Montaigne édulcore un peu le supplice du philosophe qui, s’il faut en croire Diogène Laërce dans ses Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, fut, sur l’ordre du satrape Nicocréon, placé dans un creuset pour y être broyé à l’aide d’un mail, ce qui ne l’empêcha pas de narguer encore son bourreau en lui disant : Ptisse ton Anaxarkhou thulakon, Anaxarkhon de ou ptisseis, « Broie donc le sac qui enveloppe Anaxarque, tu ne broieras pas Anaxarque ! » Au xviie siècle, on trouve au mail un emploi beaucoup plus pacifique ; il sert alors à pousser une balle, que l’on appelle boule de mail, dans un jeu qui tient à la fois du croquet et du golf. Par métonymie le nom mail en vient naturellement à désigner aussi ce jeu. Celui-ci fut fort en vogue à la Cour ; Saint-Simon en témoigne, qui écrit dans ses Mémoires : « Il (Louis XIV) s’amusait (…) à Marly très souvent, à voir jouer au mail, où il avait aussi été fort adroit. » C’est encore par métonymie que le mail va désigner l’espace, le terrain où l’on pratique ce sport.

Enfin, métonymie toujours, mail désigne de nos jours une promenade publique où l’on jouait jadis au mail. C’est essentiellement le sens qu’a conservé ce nom aujourd’hui, sens immortalisé par Anatole France dans le premier volume de son Histoire contemporaine, intitulé précisément L’Orme du mail.

Et ce mail a laissé aussi des traces en Angleterre, puisque c’est de lui qu’est issu le nom mell, qui n'est plus guère en usage et qui désigne un gros marteau. D’autre part, le jeu de mail évoqué plus haut a été populaire dans de nombreux pays d’Europe. Nos amis Italiens le nommaient pallamaglio, nom composé de palla, « balle », et maglio, « marteau, maillet », une forme tirée, elle aussi, du latin malleus. Nous leur empruntâmes ce nom pour en faire le pallemaille. De là, le jeu passa en Angleterre, où il fut appelé pall-mall. Par un système de métonymie semblable à celui que l’on a vu pour le nom mail, pall-mall désigna une large allée où l’on pratiquait ce jeu, et enfin sa forme abrégée mall désigna et désigne encore une avenue importante servant de lieu de promenade.

Quant au mail de nos amis anglais, il offre lui aussi un bel exemple de métonymie. Ce mot, tiré du germanique malha, « coffre », est un cousin étymologique de notre malle. Le nom malle-poste date de 1793, mais moins de dix ans plus tard le français adoptait aussi son équivalent anglais, mail-coach, qu’il employait pour désigner la malle-poste, mais également une berline à quatre chevaux. Ce mail-coach, dans lequel coach est tiré de l’ancien français coche, cher à Montaigne, était parfois abrégé en mail. Et la boucle de ces noms allait être bouclée par Anatole France, qui, trois ans avant d’écrire L’Orme du mail, évoquait ce moyen de transport dans Le Lys rouge : « Elle (Thérèse, le personnage principal), devait faire, à deux heures, une promenade en mail, avec son père, son mari, la princesse Seniavine, madame Berthier d’Eyzelles, la femme du député, et madame Raymond, la femme de l’académicien. »

Il y a du louche

Le 6 avril 2018

Bonheurs & surprises

Au xixesiècle, dans un de ses ouvrages, intitulé Les Femmes, Alphonse Karr écrivait : « Les yeux sont les fenêtres où l’âme et l’esprit viennent se montrer », citation devenue proverbiale sous la forme « les yeux sont les fenêtres de l’âme ». Cet extrait des Femmes fait étrangement écho à De l’homme, de Buffon, dans lequel on peut lire : « Les personnes qui ont la vue courte, ou qui sont louches, ont beaucoup moins de cette âme extérieure qui réside principalement dans les yeux. » Qui n’est pas déjà convaincu de cette correspondance entre les yeux et l’âme se penchera sur l’histoire du mot louche.

Apparu en français à la fin du xiie siècle sous la forme lois puis lousch, il signifie alors « qui ne voit pas bien ». Deux siècles plus tard, il qualifie des yeux « qui ne regardent pas dans la même direction » et, par métonymie, une personne affectée de ce handicap. Mais, peu à peu, louche va passer d’un sens purement physique à un sens moral. La transition de l’un à l’autre se fait au xviie siècle, d’abord par l’intermédiaire d’objets : le vin un peu trouble, puis les émaux dont la couleur est obscurcie par du noir de fumée, l’un et l’autre qualifiés de louches. Dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française, en 1762, on étend le sens de ce mot à des objets immatériels : « On dit, qu’Une phrase, qu’une expression est louche, pour dire, qu’Elle n’est pas bien nette, qu’elle paroît se rapporter à une chose, & qu’elle se rapporte à une autre. » Un siècle plus tard, Littré distingue construction louche et construction équivoque : le sens de la première n’est pas suffisamment clair, la seconde se prête à plusieurs interprétations. Mais c’est Vaugelas qui avait établi le lien entre le regard et la phrase : « Il y a encore un autre vice contre la netteté, qui sont certaines constructions, que nous appelons louches, parce qu’on croit qu’elles regardent d’un costé & elles regardent de l’autre. »

Le vocabulaire servant à décrire les yeux ou le regard semble toujours empreint d’une connotation morale. On le voit aussi avec le nom qui désigne le mal dont souffrent les louches, le strabisme. Dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française, on lit en effet à cet article : « Situation dépravée du globe de l’œil dans son orbite. Le strabisme rend louche, & fait regarder de travers ». L’exemple sera le même dans la cinquième édition, mais la glose sera légèrement différente : l’adjectif dépravé y est remplacé par vicieux. Dans ces mêmes éditions, les exemples qui illustrent les définitions de dépravé, glosé par « gâté, corrompu », et de vicieux, « qui a quelque vice, qui a des vices », sont pour l’essentiel moraux.

De l’adjectif louche ont été tirés deux substantifs homonymes. Louche peut en effet désigner une personne qui louche, cependant cette acception n’est guère dans l’usage, qui lui préfère louchon ; on la trouve bien chez Flaubert ou Zola, mais elle n’a jamais figuré dans notre Dictionnaire ; peut-être est-ce parce que son emploi au féminin était bloqué par l’ustensile homonyme, la louche. De plus, louche peut aussi désigner quelque chose de suspect, de peu honnête. Et la grammaire semble venir à l’appui de ce manque de rigueur puisque si l’on dit en effet quelque chose de louche comme quelque chose de suspect, de peu honnête, l’usage fait aussi de louche un substantif précédé d’un partitif aux contours incertains : Il y a du louche.

Semblable dégradation est arrivée à l’adjectif torve. Ce mot est d’abord un synonyme de louche. Il est issu du latin torvus, « qui a les yeux de travers », que les Romains rattachaient à torquere, « tordre ». Si torve a d’abord désigné un regard ou des yeux, il a vite pris le sens de « sournois » et a servi à vilipender ceux que l’on soupçonnait de bassesse, de fausseté, de méchanceté.

Comme cela arrive parfois, plusieurs mots peuvent désigner le même mal. C’est, par exemple, le cas pour les formes gibbeux et bossu. Louche et torve ont encore un synonyme : bigle. Ce dernier semble être formé à l’aide de l’ancien verbe biscler, « être bigle », et d’aveugle.

Biscler, lui, est issu du latin populaire *bisoculare, proprement « regarder (oculare) deux fois (bis) ». À côté de ce verbe on trouvait la forme bisoculus. Cette dernière est à l’origine de l’ancien français viseuil, « qui louche », aujourd’hui sorti d’usage comme adjectif, mais conservé comme patronyme. Bigle présente en outre la particularité d’avoir un doublet populaire et dépréciatif, bigleux, par lequel il est peu à peu supplanté et dont le sens est passé de louche à myope.

Nous avons vu plus haut que les louches souffraient de strabisme, mais aussi qu’ils étaient soupçonnés d’avoir quelque tare morale. Ouvrir une encyclopédie nous amènera à moduler cette impression. On y trouve en effet un certain Cneius Sextus Pompeius, le père du grand Pompée, surnommé Strabo, « le louche ». Si ce dernier s’illustra par ses victoires militaires, il se déshonora par sa cupidité et ses déprédations. Quant à sa mort – il fut tué par un coup de tonnerre –, elle fut interprétée comme une punition des dieux et c’est pour cela que Cicéron l’appelait « l’homme haï des dieux », hominem diis perinvisum. Comme les lois de Numa, le deuxième roi de Rome, interdisaient qu’après pareil décès on donnât une sépulture au défunt, le peuple, après l’avoir tiré de son lit funéraire pour l’exhiber à travers la ville sur le dos d’un âne, jeta son cadavre dans le Tibre.

Mais à côté de ce Strabo, on trouve aussi, entre le strabomètre, l’appareil qui mesure le degré de strabisme, et la strabotomie, l’opération consistant à sectionner plusieurs muscles moteurs de l’œil pour remédier à ce mal, un autre « louche », Strabon, en grec Strabôn, que cette appellation n’empêcha pas de devenir un des plus grands géographes de l’Antiquité.

Le capitaine ou le chevalier (d’industrie)

Le 2 mars 2018

Bonheurs & surprises

Le nom chevalier est généralement valorisé en français. On lui adjoint souvent, grâce à Bayard, la locution sans peur et sans reproche, mais aussi les adjectifs preux ou vaillant. On l’appelle errant quand on l’imagine, à l’image du célèbre chevalier à la triste figure, parcourant le monde en quête de quelque aventure, à la recherche de veuves et d’orphelins à défendre, et servant quand il se met tout entier au service de la dame de ses pensées (dans cet emploi il a supplanté cavalier, auquel il est d’ailleurs lié étymologiquement). L’adjectif qui en est tiré, chevaleresque s’applique à ce qui est plein de noblesse, de grandeur d’âme. Le fait que chevalier soit le moins élevé des titres nobiliaires et des ordres honorifiques, loin de le desservir, ajoute à ce nom une forme de simplicité de bon aloi. Et n’oublions pas que ceux qui possédaient ce titre avaient tout de même quelques privilèges, comme l’autorisation de porter bannière ou de placer une girouette sur leur manoir. Le nom capitaine appartient, à l’origine, à un monde proche, celui de l’armée : c’est un chef militaire qui se bat à la tête de ses hommes (d’ailleurs ces deux noms, capitaine et chef, remontent plus ou moins directement au même nom latin, caput, « tête », et au Moyen Âge ce capitaine était aussi appelé chevet et chevitaine). La littérature a fait la part belle aux uns et aux autres, puisque, à côté des chevaliers de la Table ronde, chers à Chrétien de Troyes, et du Chevalier de Maison-rouge, de Dumas, on trouve la Vie des hommes illustres et des grands capitaines, de Brantôme, le Capitaine Fracasse, de Théophile Gautier et les Capitaines courageux, de Rudyard Kipling.

Dans l’usage le plus fréquent, ces deux noms semblent donc à peu près égaux en dignité, même si l’un et l’autre entrent parfois dans des locutions moins glorieuses. On appelait ainsi chevaliers de la proie ou chevaliers de proie des soldats pillards vivant de rapine et extorquant leurs biens aux malheureux qui avaient l’infortune de croiser leur chemin, et on appelait aussi capitaine le chef d’une bande de brigands. Capitaine et chevalier semblent donc aller toujours de conserve.

Tout change cependant si on leur donne comme complément le nom industrie. Le capitaine d’industrie est un entrepreneur ou un homme d’affaires à succès, alors que les chevaliers d’industrie ou, comme on le lisait dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, les chevaliers de l’industrie, sont « ceux qui n’ayant point de bien vivent d’adresse, d’invention ». On lisait dans ce même ouvrage que vivre d’industrie, c’est « vivre de finesse, de filouterie ». Ces chevaliers d’industrie pouvaient d’ailleurs être de vrais chevaliers ou appartenir à quelque autre rang nobiliaire. Michelet nous l’apprend dans Louis XIV et le duc de Bourgogne, le tome xiv de son Histoire de France. On y lit ceci : « Des professions nouvelles commencent pour la noblesse ; d’innombrables tripots, aux tournois de leurs tapis verts, voient jouter la chevalerie nouvelle ; un mot a enrichi la langue : chevalier d’industrie. » Dans son Dictionnaire critique de la langue française, au siècle précédent, Féraud précisait que ces personnages vivaient « ordinairement aux dépens des sots ». Formule qui convient parfaitement pour décrire nombre de héros picaresques, comme Lazarillo de Tormes ou Buscon de Quevedo (qui fut le premier à être appelé, par Furetière, chevalier de l’industrie), ou, plus récemment, le héros du roman de Thomas Mann Bekenntnisse des Hochstaplers Felix Krull, « Les Confessions du chevalier d’industrie Félix Krull ».

Tout serait-il mauvais dans cette industrie ? Non, ce même Féraud ajoute en effet qu’« On dit, dans un sens moins odieux, que la nécessité est la mère de l’industrie », une idée que l’on trouve exprimée en termes presque semblables dans Les Lettres d’Amabed, de Voltaire, « … l’envie d’avoir du poivre donne de l’industrie et du courage », ou dans Histoire de ma vie de Casanova, « le besoin rend industrieux ». Étonnamment cet adjectif industrieux semble lavé de tous les péchés qui pouvaient s’attacher à industrie. Peut-être est-ce parce qu’on l’emploie souvent pour qualifier des animaux, que l’on imagine étrangers aux turpitudes humaines, généralement présentés comme des exemples et non comme des repoussoirs ; aussi ne s’étonnera-t-on pas de trouver cet adjectif industrieux accolé aux noms abeille, fourmi ou castor, tous animaux dont on se plaît à signaler et à louer la sagesse et l’application, le zèle et la persévérance, qui ne vivent pas de filouterie, mais étonnent par leur ingéniosité et leur organisation sociale. On lit ainsi dans un numéro de L’Abeille, une revue d’entomologie de l’abbé de Marseul : « Voyez l’abeille industrieuse/Moissonner son riche butin/Et faire œuvre merveilleuse/Du suc de la fleur et du thym. »

Quant au sens actuel d’industrie, on le rencontre dans le Dictionnaire de l’Académie française, à partir de la sixième édition, en 1835 : « Industrie se dit aussi des arts mécaniques et des manufactures en général, ordinairement par opposition à l’agriculture. L’industrie est pour les États une source abondante de richesses. » Quatre ans plus tard, dans son Cours de philosophie positive, Auguste Comte créait la locution révolution industrielle, quand il évoquait « les nombreux copistes qui souffrirent jadis de la révolution industrielle produite par l’usage de l’imprimerie ». On retrouve industriel, employé comme nom d’abord dans le sens de « chevalier d’industrie », dans un article consacré au chemin de fer du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse, où l’on peut lire : « Avant que la police ne se décidât à faire sérieusement la chasse aux bonneteurs qui encombraient les trains de chemins de fer, au retour de Longchamp, de Maisons ou de Chantilly, les jours de courses, ces industriels étaient d’une audace vraiment extraordinaire. » Ces industriels, quoique roturiers, semblent descendre en droite ligne des chevaliers d’industrie évoqués par Michelet et leur ressemblent beaucoup plus qu’au capitaine d’industrie dont il a été question plus haut, même si aujourd’hui, c’est ce dernier que l’on appelle un « industriel », c’est-à-dire « une personne qui possède ou qui dirige une entreprise industrielle ».

Du droit et de quelques usages

Le 1 février 2018

Bonheurs & surprises

Les usages que nous allons voir maintenant appartiennent à l’ancienne langue du droit. Ils désignaient l’autorisation accordée aux habitants d’une commune de faire usage des bois, des marais et des prés communaux. À l’époque féodale, ces droits n’étaient accordés qu’en échange d’une redevance due au seigneur. Ces usages étaient strictement codifiés ; ils le furent par des édits seigneuriaux, des chartes communales, puis par le Code forestier. Ils donnèrent souvent lieu à des querelles d’interprétation et à des chicanes et firent, au xixe siècle particulièrement, les délices de la Cour de cassation. Ils furent aussi, en partie, le sujet des Paysans, de Balzac. Le droit ancien distinguait les petits usages des grands usages. Les premiers autorisaient le ramassage des branches sèches, du bois mort et du mort-bois. Ce dernier désignait des arbrisseaux sans valeur, ne portant pas de bons fruits et dont le bois, impossible à travailler, n’était bon qu’à être brûlé : houx, marsault, épines et genêts, auquel on ajoutait souvent ce que l’on appelait le bois blanc : saule, peuplier et aulne. Les grands usages comprenaient l’affouage, le maronage, le pâturage (ou pacage) et la glandée (ou paisson).

Le droit d’affouage, le droit de ramasser du bois mort dans les communaux pour se chauffer est sans doute le plus connu. Affouage vient de l’ancien français afouer, « allumer un feu » ; au Moyen Âge, il désignait aussi du bois de chauffage. On lit ainsi dans une ordonnance de la première moitié du xive siècle : « Donons l’usaige en nos boys de Voisins au chapelain … por son affouage. » Ce bois ne pouvait être cédé : « Ne sera permis auxdits usagers de vendre leurs-dits droits d’affouage à aucuns forains et estrangers », lit-on dans une autre ordonnance. Jacques-Joseph Baudrillart, le grand-père de l’académicien, rendait ainsi compte de cette interdiction dans son monumental Code forestier (1827) : « Des considérations sages et paternelles ont dû déterminer le législateur à empêcher que les habitants des communes affouagères ne vendent le bois qui leur est délivré, afin de les prémunir contre les atteintes du besoin. »

Mais, on l’a vu, avant l’essor des communes libres, ces droits étaient liés à une taxe. Il y eut donc un impôt appelé affouage, à acquitter en échange du droit du même nom. Mais affouage pouvait aussi désigner un autre impôt, plus souvent appelé fouage, que percevaient des officiers nommés fouageurs. Il s’agissait d’une imposition par feu, c’est-à-dire par maison, et qui serait l’ancêtre de notre foyer fiscal. Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, montre combien cet impôt exaspéra le peuple : « On ne se doute guère de l’importance du fouage dans notre histoire ; cependant, il fut à la révolution de France ce que fut le timbre à la révolution des États-Unis. Le fouage (census pro singulis focis exactus) était un cens, ou une espèce de taille, exigé par chaque feu sur les biens roturiers. Avec le fouage graduellement augmenté, se payaient les dettes de la Province. » Voici une famille linguistique qui fut source de bien des conflits, puisque le fouage, responsable de la Révolution française avait un cousin étymologique, lié lui aussi au latin focus, la fouace, qui désigne un pain cuit sous la cendre et qui fut, nous dit Rabelais, à l’origine des guerres picrocholines.

Bois et forêts pouvaient aussi servir au maronage. Ce nom, aujourd’hui hors d’usage, et que l’on rattache à merrain, désignait l’autorisation donnée aux mêmes habitants d’aller dans ces mêmes communaux pour y prendre le bois nécessaire à la construction de bâtiments. On le trouve encore sous la plume d’Adolphe de Forcade Laroquette, qui fut plusieurs fois ministre sous le Second Empire. Dans un Rapport au ministre des Finances, du 12 février 1860, il écrit : « Les droits [d’usage] qui se rencontrent le plus communément sont ceux de l’affouage et de maronage. »

Á côté de ces usages, liés aux bois et forêts, on trouvait le pacage, aussi appelé pâturage, c’est-à-dire le droit de faire paître les troupeaux sur les communaux, particulièrement dans des terrains en friche, en jachère ou boisés. Le pacage concernait les vaches, les moutons et les chèvres. Les porcs semblent avoir eu dès les temps anciens un traitement à part ; sans doute parce que ces animaux étaient plus communs, même chez les plus pauvres. Le droit, l’usage, qui les concernait était parfois appelé panage ou paisson. C’était une servitude forestière qui permettait aux éleveurs de porcs de faire pâturer leurs animaux dans les forêts et les bois communaux, mais aussi, là encore, un droit que l’on paya d’abord au seigneur et ensuite au propriétaire d’une forêt. Comme c’était essentiellement des glands que mangeaient ces porcs, ce droit fut généralement appelé la glandée. Il s’agissait d’un fait essentiel dans la vie paysanne médiévale et c’est d’ailleurs une scène de glandée qui illustre le mois de novembre dans Les Très Riches heures du duc de Berry. Chateaubriand en parle aussi dans ses Mémoires d’outre-tombe : « J’entendais le son de la trompe du porcher gardant ses truies et leurs petits à la glandée. »

Pour conclure, rappelons que, même si le sens des mots évolue parfois, le droit de glandée (encore appelé droit de glandage) ne désigne que le droit de ramasser les glands ou de conduire ses porcs dans une forêt pour qu’ils s’en nourrissent, et n’est donc en aucun cas un ancêtre du Droit à la paresse de Paul Lafargue.

Le droit et l’usage

Le 1 février 2018

Bonheurs & surprises

« En l’absence d’une juridiction spécialement organisée, et en vertu de sa mission générale de dire le droit, le juge ordinaire devait accueillir pour examen les exceptions d’inconstitutionnalité élevées à l’encontre des lois dans les procès dont il était saisi. » Ces mots, tirés de son fameux Manuel élémentaire de droit constitutionnel, sont de l’éminent juriste, devenu plus tard académicien, Georges Vedel. Dire le droit, c’eût été, en pays coutumier, dire l’usage. Si l’on peut rapprocher ces deux expressions, c’est parce que ce que dit le droit n’est pas une vérité éternelle, mais est soumis à l’évolution du monde et à l’épreuve du temps, de même que l’usage en matière de langue n’est pas fixé à jamais, puisqu’il évolue avec la société qui le produit. Ces cadres de notre vie sont mouvants et, sur une longue échelle de temps, langue, droit, usage, panta rheî : « tout passe, tout coule ». Mais tout n’est pas emporté comme par le flot d’un torrent. Il convient en effet de rappeler ce qu’écrivait Jean-François Marmontel, qui fut Secrétaire perpétuel de l’Académie française : « Dans la manière de s’exprimer, comme dans celle de se vêtir, l’usage diffère de la mode, en ce qu’il a moins d’inconstance. » Ce passage par la manière de se vêtir est intéressant, car il nous rappelle que les noms coutume, évoqué plus haut avec le pays coutumier, et costume ont même étymologie.

L’usage a toujours été le souverain maître pour l’Académie française. Bossuet le proclama dans son discours de réception : « L’usage, je le confesse, est appelé avec raison le père des langues ; le droit de les établir, aussi bien que de les régler, n’a jamais été disputé à la multitude », avant d’ajouter toutefois : « Mais si cette liberté ne veut pas être contrainte, elle souffre d’être dirigée. » Cette dernière remarque du grand orateur n’est pas toujours valide. Littré en fait le constat dans la notice étymologique de l’article albinos de son Dictionnaire de la langue française : « Il faudrait dire albino au singulier et albinos au pluriel ; albinos est le pluriel espagnol d’albino, et barbare au singulier. Mais ce mot est trop entré dans l’usage pour qu’on puisse le corriger. » En faisant cette remarque, le grand linguiste rappelait ce qui avait été écrit dans la préface de la première édition : « Car il faut reconnoistre l’usage pour le Maistre de l’Orthographe aussi bien que du choix des mots. C’est l’usage qui nous mene insensiblement d’une maniere d’escrire à l’autre, & qui seul a le pouvoir de le faire. C’est ce qui a rendu inutiles les diverses tentatives qui ont esté faites pour la reformation de l’Orthographe depuis plus de cent cinquante ans par plusieurs particuliers qui ont fait des regles que personne n’a voulu observer. » Ce qui vaut pour l’orthographe vaut aussi pour la prononciation. On peut le voir avec celle de dam, mot que l’on ne rencontre plus guère aujourd’hui que dans l’expression à mon (grand) dam ; ce nom jadis se prononçait comme dent. Dans Le Renard anglais, La Fontaine le fait rimer avec clabaudant et avec guindant : « Il y viendra le drôle ! Il y vint à son dam / Voilà maint basset clabaudant / Voilà notre Renard au charnier se guindant. » Au sujet de ce terme, Féraud écrivait dans son Dictionnaire critique de la langue française : « L’Académie le met sans remarque. » C’était vrai jusqu’à la quatrième édition de son Dictionnaire, mais dans la cinquième (1798) il est précisé qu’« on prononce dan ». Si cette note est devenue nécessaire, c’est parce que, sans doute en raison des progrès des relations avec la Hollande et du nom de deux de ses villes les plus fameuses, Amsterdam et Rotterdam, et par analogie avec la prononciation de la dernière syllabe de ces cités, la prononciation est passée de dent à dame. Ce passage d’une prononciation à une autre nous rapproche un peu du droit. En effet, à l’article prescription de notre Dictionnaire, on apprend que celle-ci est un moyen par lequel on peut acquérir la propriété d’un bien que l’on a possédé sans interruption pendant un laps de temps déterminé. Il en va de même pour l’usage linguistique et l’on voit que c’est ainsi que le nom dam a acquis sa nouvelle prononciation. Ce type de modification est d’autant plus fréquent que le mot est rare et qu’il n’a pas, justement, un usage constant pour le protéger. Il n’est pour s’en rendre compte que de comparer les formes, qui ne diffèrent que par une voyelle, dam et dom. Grâce au Dom Juan de Molière et à un bénédictin qui laissa son nom à une célèbre marque de champagne, dom court peu de risques d’être un jour prononcé dôme ou dome.

Quelques années après la réception de Bossuet, évoquée plus haut, la préface de la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, on l’a vu, réaffirmait cette force de l’usage, et toutes les autres le firent également. Elles furent non seulement le lieu où se disait cette suprématie de l’usage, mais aussi le lieu où les effets de cette suprématie se voyaient puisque, d’une édition à l’autre, l’orthographe de ces préfaces changeait : le Dictionnaire faisait ce qu’il prônait, enregistrait l’usage et c’est ainsi qu’il faisait œuvre utile. Rappelons, en effet, que ces deux mots, utile et usage, remontent au même verbe latin uti, « se servir de, utiliser ».

Étrennes

Le 9 janvier 2018

Bonheurs & surprises

Le nom étrenne est attesté en français depuis le xiie siècle, au sens de « cadeau », puis de « premier usage que l’on fait d’une chose ». Au xiiie siècle, il commence à se rencontrer, surtout au pluriel, avec le sens de « cadeau fait à l’occasion du nouvel an ». Ce mot est issu du latin strena, qui désigna d’abord un présage. Aussi n’est-il pas étonnant qu’on le trouve d’abord dans le Stichus de Plaute au voisinage d’auspicium, « auspice », et d’augurium, « augure ». Par la suite, strena désigne des présents faits au nouvel an pour se souhaiter une heureuse année. Aux temps les plus anciens, on offrait du miel à ses amis pour que l’année leur soit douce. Par la suite les étrennes furent les cadeaux que les obligés des grands patriciens faisaient à leurs protecteurs en début d’année. Quand l’on passa de la République à l’Empire, c’est à l’empereur que la coutume voulut qu’on offrît de l’argent. Suétone nous apprend qu’Auguste s’en servait pour ériger des statues de dieux dans les différents quartiers de Rome. Tibère fit savoir qu’il renonçait à ces offrandes ; il n’en alla pas de même avec Caligula : « Il annonça même par un édit qu’il accepterait des étrennes au début de l’année, et, pour les calendes de janvier, il se tint dans le vestibule de son palais, afin de recevoir l’argent qu’une foule de personnes de toute classe répandaient devant lui à pleines mains et à pleine toge. »

Au début de la chrétienté, l’usage des étrennes était considéré comme une forme de paganisme et donc banni. Dans un de ses sermons, saint Augustin écrit : Dant illi (pagani) strenas, date vos eleemosynas, « Ils (les païens) donnent des étrennes ; vous, donnez des aumônes » ; et à la fin du vie siècle, le premier canon du concile d’Auxerre interdit que l’on se déguise et que l’on participe au carnaval, qu’il appelle strenae diabolicae, proprement « les étrennes du diable », et qui se déroule aux calendes de janvier.

En ancien français, étrenne eut d’abord le sens de « chance, fortune » et se rencontra dans des vœux (bonne étrenne) et plus encore dans des imprécations pour attirer le malheur sur ceux à qui l’on s’adressait (particulièrement dans les formes male étrenne et pute étrenne). Mais ce nom désignait aussi le premier jour de l’année nommé « le jour de l’estraine » et les cadeaux faits à cette occasion.

Les étrennes se réinstallèrent donc peu à peu, avec une innovation importante : c’étaient désormais les puissants qui faisaient des étrennes à leurs obligés. Ainsi le verbe transitif étrenner se rencontrait dans l’expression, aujourd’hui tombée en désuétude, étrenner ses domestiques, « leur faire un cadeau de nouvel an ».

Ces obligations étaient parfois pesantes aux maîtres un peu ladres, mais aussi à tous ceux qui devaient offrir ces étrennes à leur famille. Un jeune homme fit graver sur la tombe de son vieil oncle peu généreux, nous apprend le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse, ce quatrain : « Ci-git, dessous ce marbre blanc / Le plus avare homme de Rennes ; / S’il est mort la veille de l’an, / c’est pour ne pas donner d’étrennes ».

On donna aussi parfois le nom d’étrennes à des ouvrages de l’esprit. Les plus curieux furent sans doute ceux qu’Antoine de Baïf, membre de la Pléiade, fit paraître sous le titre d’Etrenes de poézie fransoèze an vers mezurés. L’auteur voulait faire entrer la langue française dans les cadres de la métrique grecque. Pour ce faire, il ajouta signes et lettres pour marquer la quantité des voyelles et bouleversa l’orthographe. L’avis au lecteur commençait ainsi : « Ami lekter, san l’egzate ekriture konform’au parler an tos les élémans d’iselui, letre por son o voiele o konsonant, l’art des vers mezurés ne se pet regler ni bien treter, e por se ne t’ebaï ni rejète, mes suporte la noveaté. » Un avis qu’il signait ainsi : Antoéne de Baïf, segretère de la çambre du Roé.

Le nom étrenne devint ainsi synonyme de « premier usage », et le verbe étrenner d’« utiliser en premier ». Les commerçants appelaient étrenne la première vente qu’ils faisaient dans la journée ou dans l’année, et on disait autrefois je n’ai pas encore eu l’étrenne pour « je n’ai rien vendu » ; celui qui venait de se raser disait à la première personne qui l’embrassait qu’il lui donnait l’étrenne de sa barbe.

Avoir l’étrenne de quelqu’un pouvait aussi signifier « avoir sa virginité ». En témoigne ce couplet tiré d’une chanson intitulée Tu n’en auras pas l’étrenne :

« Je ris de bon cœur

D’un garçon d’honneur

À la figure éveillée.

Au premier signal,

On ouvre le bal

Sans trouver la mariée.

Notre égrillard,

D’un air gaillard,

L’amène.

L’époux content,

Vite reprend

Sa reine.

Va, dit le malin,

Au mari bénin,

Tu n’en auras pas l’étrenne. »

 

Pages