Dire, ne pas dire

Culturé pour Cultivé

Le 02 mars 2018

Emplois fautifs

Le nom culture est emprunté du latin cultura, qui signifie « agriculture » et « culture de l’esprit ». Il est dérivé du verbe colere, qui, selon le contexte, signifie « habiter », « cultiver » ou « honorer ». Du participe passé de ce verbe, cultus, le latin populaire avait tiré une forme cultivus, à laquelle on doit l’ancien français coutiver, qui avait pour sens « vénérer une divinité » et « travailler la terre », forme refaite ensuite en cultiver. C’est bien ce verbe, cultiver, qui est le pendant du nom culture. On rappellera donc que c’est le participe passé cultivé que l’on emploie pour désigner une terre qui a été travaillée et, adjectivement, pour qualifier une personne qui a une bonne culture générale ou une grande culture intellectuelle. Culturé, que l’on entendait d’abord ici ou là en matière de plaisanterie, mais qui commence à se répandre hors de ce cadre, est un barbarisme qu’il faut à toute force proscrire.

on dit

on ne dit pas

Un jeune homme très cultivé

Une terre bien cultivée

Un jeune homme très culturé

Une terre bien culturée