Dire, ne pas dire

Céline J. (France)

Le 07 juillet 2017

Courrier des internautes

Pourriez-vous m’éclairer sur un point précis ?

Doit-on dire « C’est la faute de.. » ou « C’est la faute à... » ?

Céline J. (France)

L’Académie répond :

L’expression « C’est la faute à… » relève du parler populaire ou du langage enfantin. Elle doit son succès à la fameuse chanson que Gavroche chante dans Les Misérables (V, 1, XV) avant d’être abattu (« Je suis tombé par terre, / C’est la faute à Voltaire, / Le nez dans le ruisseau, / C’est la faute à… »).

Notez que Victor Hugo s’inspirait de chansons réelles, composées par le Genevois Jean-François Chaponnière (1769-1856) et le chansonnier François Béranger (1780-1857).

Depuis, l’expression a fait florès, dans la littérature – je recense, parmi les publications cataloguées par la Bibliothèque nationale ces deux dernières années, La Faute à pas de chance (Lee Child, 2010), La Faute à Napoléon (Val Beauchamp, 2010), La Faute à Mallarmé (Vincent Kaufmann, 2011) – comme au cinéma – de C’est la faute à Zidore (1909) et C’est la faute à Rosalie (Romeo Bosetti, 1912) à La Faute à Fidel (Julie Gavras, 2006), en passant par La Faute à Voltaire (Abdellatif Kechiche, qui cite fidèlement l’expression hugolienne, 2000).

Il n’en reste pas moins que l’Académie déconseille cette expression, en dehors des tournures où « à » renforce un possessif (« Ce n’est pas leur faute, à ces enfants ») et de l’expression interrogative « À qui la faute ? », où il y a ellipse du verbe « revenir » (« À qui revient la faute ? »).