Dire, ne pas dire

Victor D. (France)

Le 09 janvier 2018

Courrier des internautes

Le père de ma femme est mon « beau-père ». Le mari de ma mère est mon « beau-père ». Je ne peux pas croire que la langue française ait un seul mot pour désigner ces deux personnes. C’est vrai ? Merci.

Victor D. (France)

L’Académie répond :

Monsieur,

Le problème que vous soulevez est intéressant.

La distinction entre la mère du conjoint, appelée belle-mère, et la nouvelle femme du père, appelée marâtre, distinction qui existe en espagnol ou en anglais, n’est plus utilisée actuellement du fait des connotations péjoratives associées au terme marâtre (voyez ainsi la définition que donne notre Dictionnaire de ce terme : « Belle-mère, pour des enfants dont le père s’est remarié. Ne se dit guère plus en ce sens que d’une femme qui maltraite les enfants que son mari a eu d’un autre lit. ») On n’emploie aujourd’hui que le seul terme belle-mère pour les deux situations (il en est de même pour beau-père / parâtre).

Cette polysémie est évidemment source de confusions, mais elle est courante dans notre langue car il n’existe pas un nom pour désigner chaque réalité. Il reste à voir comment évolueront les choses, et en particulier si l’usage trouvera nécessaire d’inventer une nouvelle forme ou si le contexte, l’emploi de périphrases (la femme de mon père, la mère de mon mari) seront jugés suffisants.

Faisons confiance au génie de la langue.

Cordialement.